La clé à choc pneumatique : comment choisir la meilleure ?

Connue sous le nom de boulonneuse ou déboulonneuse par les mécaniciens, la clé à choc pneumatique est d'une grande utilité. Il s'agit d'une sorte de visseuse conçue pour serrer ou desserrer les vis et écrous. Son choix mérite d'être bien opéré afin de satisfaire les clients dans les brefs délais de réparation des pannes. Vu son importance capitale, plusieurs commerces se sont positionnés pour sa vente. Alors, que faire pour dénicher la clé à choc pneumatique adaptée à vos besoins ? On fait le point ici.

Quelles sont les caractéristiques d'une clé à choc pneumatique ?

Avant de choisir la meilleure clé à choc pneumatique, il faut savoir reconnaître les différentes parties de cet outil de dépannage. En effet, la clé à choc est constituée d'une pression d'utilisation, d'un couple de serrage et d'un couple de décollement. À ceux-ci, s'ajoutent le débit d'air et le nombre d'impacts. Chacun de ses éléments constitutifs de la clé à choc joue un rôle important. Si vous allez sur le site, vous en apprendrez plus sur les clés à choc pneumatiques.

Quels sont les critères à considérer pour choisir votre clé à choc pneumatique ?

 Deux principaux critères permettent d'identifier la bonne clé à choc. En premier lieu, il s'agit du couple de serrage. C'est le composant de la clé à choc qui joue un grand rôle dans le boulonnage ou le déboulonnage. Il faut préciser que le couple est une unité de mesure utilisée en mécanique et il se mesure en Newton-mètre.

En second lieu, nous avons le nombre d'impacts. Par nombre d'impacts, on fait référence à la vitesse ou la rapidité d'exécution du serrage ou du déboulonnage. Comprenez que si le nombre est élevé, la clé à choc va impacter l'écrou ou la vis pour son déboulonnage. Si le nombre n'est pas grand, ce n'est pas la bonne clé à choc pneumatique.

Par ailleurs, d'autres critères secondaires de choix personnel peuvent entrer en jeu. Il s'agit du poids de l'outil, l'aspect ergonomique de sa poignée, le couple de décollement, etc. Le choix de ces critères peut varier d'un mécanicien à l'autre.